Musée : À la rencontre d’un monde différent

Nous avons circulé dans les salles. Le musée est en ré-aménagement. Très bientôt nous pourrons être à l’aise pour admirer les œuvres du musée dont l’une sera mise en vedette chaque mois. Ce vendredi 6 novembre nous avons découvert un portrait de famille, s’étaient invitées autour de lui deux gravures et deux peintures, représentant deux genres de familles différents. Une famille de paysans et une famille de bourgeois : deux types de culture : les pauvres et les riches. Ceux qui sont bien habillés et les chiffonniers. Les intérieurs cossus et les intérieurs tristes.

Isabelle, Rosita, Eric, Jean-François, Francis

Avec Juliette, médiatrice du musée

 

« Si je n’étais pas médiatrice au musée je me poserais la question : on parle de l’évolution de la représentation de la famille: est-ce que la famille est encore en évolution ? »

Juliette

 

« Quand je regardais les tableaux, les gens étaient riches. Il y avait beaucoup d’enfants, ils étaient très bien habillés. Il y avait un médecin à côté de la maman pour voir si elle allait bien. En regardant les tableaux, on dirait qu’ils voulaient nous dire quelque chose, on dirait qu’ils voulaient nous parler. Les enfants avaient de beaux visages. De beaux yeux. On voyait que ces gens ne manquaient de rien. Par contre, les tableaux en noir et blanc, les gens étaient dans une misère, les enfants étaient avec des vieux habits. Au point de vue nourriture, il y avait des animaux. Ils n’allaient peut-être pas à l’école, ou ils n’avaient pas le temps, ou ils allaient aider les parents dans leur ferme. Pour moi ils vivaient dans la misère. Les tableaux étaient très bien peints. »

Eric

 

« Je remarque que c’est toujours le sujet de l’argent. La noblesse, la richesse et aussi la pauvreté. Les enfants comme leurs mamans mouraient. À l’époque on mourait vers 35 ans, donc jeune. Il y avait beaucoup de maladies, la liste est trop longue. Les enfants, entre huit et quinze ans, étaient des esclaves, je pense. Je suis choqué et révolté, comme devant un mur en béton armé. Les belles images, c’est bidon ! Comme le feu d’artifice du 13 juillet. »

Francis

 

L’œuvre du mois au Musée Boucher de Perthes

 

Largilliere-Portrait de Madame Jassaud et ses deux enfantsChaque mois, le Musée Boucher de Perthes met une œuvre en valeur. Juliette, médiatrice, accueille classes, groupes, familles…

Vous pouvez retrouver les informations sur le site des amis du Musée : http://www.amis-musee-abbeville.fr

 

 

 

 

Nicolas de Largillière (Paris, 1656 – Paris, 1746) Portrait de Madame Jassaud et ses deux enfants Huile sur toile Don Lennel, 1922

 


L’atelier Point-Virgule est financé par :

logo_Ville-Acselogo_cgetFCM-Lecture_LogologoDRACMCCpréfet de la somme logoconseil departemental somme_logoabbeville_logo

 

 

 

Nous remercions humblement le contribuable.

 

Partagez l'article :