Texte sur le Cardan, par Nathalie Gernez, bénévole à Abbeville


L’humain (encore lui !)

L’humain mains mains …
Des mains il y en a beaucoup au Cardan.
Des petites mains, des moyennes, des grandes aussi.
Des l’hu il y en a moins.
Des humains, ça c’est sur, il y en a plein :
Tout un « tas » de cœurs qui battent, aiment, donnent, vibrent, créent et espèrent…

Ps Si on vient au Cardan en pensant n’avoir qu’à donner, c’est se tromper.
Si on vient au Cardan en pensant tout savoir c’est illusoire.
Mais pour tout cela il faut y venir pour le percevoir.

Nathalie Gernez
Furiosa de la dolce vita Tropéa juillet 2012

Photo de Xavier Cauchefer

Partagez l'article :